John Vaucher

Sosa: 1
(Jean-Louis-René John Vaucher)

Parents

Spouses and children

Ancestry

Pierre Vaucher 1736-1804   Jacqueline Braissant 1735-1805   Antoine Alexandre De Lom   Sara Thomeguex
|   |   |   |



 


|   |
Jean Pierre Etienne Vaucher 1763-1841   Sarah De Lom 1773-1827
|   |



|
John Vaucher 1804-1869

  Siblings



Notes

Pasteur à Versoix et à Genéve, 1841 à 1861, bibliothécaire-archiviste de la Compagnie des pasteurs, 1845-1861, rédacteur des Publications protestantes, 1847, du Semeur genevois, 1852-1854. Un des 5 fondateurs, en 1823, de la section genevoise de la société de Zofingue.

A la mort de son père, John a reçu des terres à Céligny et des immeubles à Genève dans la ville Haute [C. Druc-Vaucher]


Jean-Louis-René (John) Vaucher, né le 20 juillet 1804, était le fils cadet de M. Vaucher, pasteur et professeur de théologie. Il avait fait ses premières études dans l'institut de son père, puis il était passé dans notre Académie. John Vaucher fut entravé dans ses études par une grave maladie qu'il avait faite durant sa jeunesse; néanmoins il ne se rebuta point. En 1823, il fut un des 5 fondateurs de la section genevoise de la société de Zofingue et il fut consacré au Saint Ministère en juillet 1827.
Ayant épousé Mlle Anna Mouchon, fille de M. Mouchon, Pasteur à Genthod, il put se livrer immédiatement à l'exercice du ministère en venant en aide à son beau-père. En particulier, il y avait à Versoix un certain nombre de protestants disséminés, qui ne pouvaient, à cause de la distance, venir régulièrement au culte de la paroisse. Il eut l'idée, dès 1830, de les réunir tous les quinze jours pour un service régulier, et il fut ainsi le premier promoteur de cette congrégation qui a maintenant son temple et qui a été érigée en annexe officielle de Genthod.
En 1840, il fut nommé, à Genève, pasteur d'une dizaine dans le quartier de Saint-Gervais, dizaine qu'il échangea quatre ans plus tard contre une autre dans le quartier du Bourg-du-Four, et à laquelle fut adjointe une seconde dizaine comprenant le quartier de l'Ile.

M. Vaucher se sentit principalement attiré vers la cure et vers les soins pastoraux par la pente naturelle de son esprit et par les inclinations de son coeur. Affable dans ses manières, obligeant pour tous, généreux quelquefois jusqu'à l'excès, doué d'une piété simple et communicative, il était tout particulièrement le pasteur des pauvres qui ne recouraient jamais inutilement à sa généreuse charité ; ils trouvaient en lui un ami toujours prêt à les soulager, et qui plus d'une fois se laissa tromper par son bon cÏur. Mais ni ses mécomptes, ni les divisions politiques ne purent altérer sa bienveillance universelle.
Esprit actif et entreprenant, M. Vaucher éprouva le besoin d'étendre son champ d'action en dehors des fonctions pastorales. Outre plusieurs opuscules historiques et polémiques où son zèle se déploya pour l'avancement du règne de Dieu, il publia en 1847, sous le nom de Publications religieuses un volume d'études diverses. Plus tard, il prit une large part au mouvement religieux qui suivit les prédications agressives du jésuite Nampon et de l'abbé Combalot. et rédigea en 1852 et 1853 le Semeur Genevois. Il se préoccupa du sort des jeunes filles qui venaient en service à Genève et institua, sous le nom de Bureau suisse, une société qu'il dirigea pendant plusieurs années. La bibliothèque d'édification à la Cour Saint-Pierre, connue longtemps sous le nom de Bibliothèque du Semeur, lui doit son origine. De 1845 à 1861 il fut bibliothécaire-archiviste de la Compagnie des pasteurs. Enfin il fonda en 1845 l'établissement dit des Cours supérieurs pour les demoiselles, qui fleurit encore aujourd'hui.
Telles sont les fonctions que M. Vaucher remplit dans notre Église pendant vingt ans. La maladie le força de suspendre ses occupations pendant quelques mois et le contraignit enfin à les résigner en 1861.
Dans cette vie si occupée et si remplie d'oeuvres généreuses, Dieu fit connaître à M. Vaucher la double épreuve des grandes prospérités et des grands revers, mais la piété qui lui avait fait traverser la première sans altérer en rien sa modestie et sa bonté, lui donna la force de supporter la seconde en apportant dans les jours de deuil et dans les années de la maladie la résignation du chrétien.

M. Vaucher-Mouchon est mort le 14 septembre 1869.

Sources: Bull. du Consistoire, 1 oct 1869, pp 235-236, Genève et Semaine religieuse, 9 oct. 1869, p. 180, Genève